top of page

Vélo de route l’hiver : nos conseils




Effectuer des sorties de vélo de route l’hiver présente de nombreux avantages : maintien de la condition physique, préparation de la saison à venir, etc. Il faut pourtant bien reconnaître que c’est loin d’être le moment le plus agréable de l’année et nombreux sont ceux qui restent au chaud pendant ces longs mois. Comment garder la motivation quand le temps n’est pas au beau fixe ? Comment s’adapter en attendant le retour des jours meilleurs ? Nous vous livrons nos conseils pour affronter le froid et la grisaille sans encombre et être au top dès le printemps.


Garder la motivation pour faire du vélo de route l’hiver


Penser à l’été

Vous vous souvenez probablement d’une sortie de reprise au printemps. Les jambes ont perdu de leur puissance, l’endurance n’est plus au rendez-vous et les poumons peinent à déployer leur pleine capacité. Quelques sorties sont nécessaires avant de retrouver peu à peu les sensations perdues. Dites-vous qu’en ne coupant pas durant l’hiver, vous éviterez ces sorties pénibles. Mieux, dès le printemps, vous retrouverez votre niveau de l’été. Une fois la belle saison venue, vous constaterez un bon spectaculaire en avant.


Maintenir sa condition physique malgré les fêtes et les repas gras

Les fêtes de fin d’année et leurs excès n’aident pas à rester affûté. Pédaler régulièrement va vous permettre d’éliminer les mauvaises graisses accumulées. En conservant une bonne masse musculaire, votre corps va brûler plus de calories au quotidien. Vous vous préserverez ainsi du petit surpoids d’après fêtes. Plus généralement, une activité physique régulière ne peut être que bénéfique pour vous et limite les risques de soucis de santé.


Se fixer des objectifs chiffrés

Une des méthodes les plus simples pour se motiver est de se donner des buts atteignables et précis. Dans les premiers jours de janvier, vous pouvez par exemple déterminer le nombre de kilomètres que vous voudriez effectuer sur l’année. Pour que ce chiffre reste réaliste, tenez compte des kilomètres effectués l’an dernier et augmentez-le de 15 ou 20 % par exemple. De cette manière, toutes les sorties vous approcheront de l’objectif et plus tôt vous commencerez, plus tôt il sera atteint.

Vous pouvez aussi vous motiver en pensant à la distance que vous rêvez de réaliser en une seule sortie. En sortant régulièrement pendant l’hiver, vous avez plus de chance d’y parvenir lors de votre pic de forme de l’été.


Trouver des partenaires

Même s’il s’agit d’un sport individuel, il est toujours plus agréable d’avoir un ou plusieurs acolytes. Une sortie de vélo de route l’hiver sera nettement moins fastidieuse si vous êtes plusieurs. Ensemble, vous pourrez vous motiver les uns les autres. Il est plus difficile de rester chez soi quand on s’est engagé auprès de deux ou trois compagnons.


Adapter sa tenue de cyclisme aux conditions hivernales


Pour lutter contre le froid, il va falloir s’habiller en conséquence.

Tout d’abord, en couvrant les parties qui ne le sont pas le reste de l’année : bras et jambes.

Une veste manche longue et un cuissard long seront indispensables. Toutefois, ce ne sera pas suffisant quand les températures passeront en dessous des 10 degrés environ. Un maillot sous la veste vous apportera quelques degrés supplémentaires. Enfin, proche de 0°C, un maillot de corps thermique formera une troisième couche qui protégera votre thorax du froid tout en évacuant la transpiration vers l’extérieur.

Pensez également aux extrémités ! Pour ne pas refroidir votre corps, les mains, les pieds et la tête ne doivent pas être négligés.

En roulant l’hiver, vos doigts pourraient s’engourdir si vous roulez avec vos mitaines d’été. Des gants entièrement couvrants vous permettront de garder des mains réactives en cas de freinage d’urgence, en plus de garantir davantage de confort.

Pour les pieds, des sur-chaussures sont très efficaces car elles vont obstruer les aérations de votre chaussure, prévues pour lutter contre la chaleur.

Enfin, une cagoule sera une alliée bienvenue pour protéger vos oreilles, votre cou et votre crâne.

Porter ces équipements est évidemment bien moins confortable que votre tenue d’été, mais c’est la rançon de vos belles heures à venir.


Modifier l’entraînement et les tracés


Inutile de rouler durant des heures et de risquer d’attraper un coup de froid qui entamerait sérieusement votre préparation. La règle d’or est la régularité.

Une sortie de deux heures maximum toutes les semaines voire tous les 15 jours suffira à entretenir la forme durement gagnée pendant les beaux jours.

Concernant l’entraînement lui-même, sachez que les températures basses vont empêcher vos muscles de s’échauffer comme ils le font d’habitude. L’hiver, favorisez les petits développements et tournez davantage les jambes. Cela sera bénéfique pour votre température corporelle et votre rythme cardiaque. De plus, travailler votre cadence de pédalage portera ses fruits lorsque vous remettrez du braquet au printemps. Vous serez plus véloce.

Les mauvais jours n’ont pas uniquement des conséquences sur l’organisme. Ils influent évidemment sur le sol. Vos itinéraires favoris, s’il s’agit de petites routes qui serpentent dans les bois par exemple, seront peut-être sales et peu praticables. Évitez-les pendant quelques mois et optez pour de belles routes. Cela vous évitera d’avoir à slalomer entre les obstacles au sol, voire de chuter. Profitez-en pour découvrir de nouveaux itinéraires.

Dernier conseil : au retour, n’oubliez pas de nettoyer scrupuleusement votre fidèle monture. En roulant sur une route mouillée, des éclaboussures vont venir salir vos passages de roues et le cadre. N’attendez pas la prochaine sortie pour vous en occuper. En effet, l’acidité de l’eau de pluie risque d’endommager votre vélo. Enfin, pensez à lubrifier votre chaîne après chaque entraînement sous la pluie.


Nos conseils sont évidemment à adapter en fonction de la température et de la météo du jour. Dans tous les cas, n’oubliez pas que rouler ne doit jamais être une corvée. Parfois, il est normal de ressentir le besoin de se reposer un peu.

Enfin, si la chaussée est dangereuse en raison de la neige ou du verglas, ou encore si le vent est puissant, restez chez vous. Une activité sportive d’intérieur peut très bien faire l’affaire. Vélo d’appartement ou home trainer, musculation, séance cardio… Les alternatives ne manquent pas.


Florian Topin


67 vues0 commentaire

Bình luận


bottom of page