Portrait - Gwénola, la force bretonne 

PEUX-TU TE PRÉSENTER EN QUELQUES MOTS?

Hello ! Je suis Gwénola, une "petite" bretonne de 23 ans. Je vis entre la côte morbihannaise et dans mon nouveau chez moi à Redon (35). Dans la vie, je finalise ma dernière année d'étude supérieure, un Master 2 dans le domaine du management.

DEPUIS COMBIEN DE TEMPS FAIS-TU DU SPORT? ET LE CYCLISME?

J'ai commencé très tôt le sport, mais dans un autre style de deux roues : le motocross. Tombée dedans quand j'étais petite, à 3 ans. J'ai eu la chance d'avoir des parents qui ne m'ont jamais poussé à faire coûte que coûte de la compétition, je ne me suis donc pas dégoûtée de ce sport. J'ai débuté vers 14 ou 15 ans dans les compétitions avant d'arrêter à 18 ans. J'avais fais le tour de la question et l'ambiance générale me pesait beaucoup. Puis, ont suivi des mois sans sport, rien. Un an après, je me suis levée un matin avec une envie folle de faire du triathlon. Petit bémol, je ne nage pas, ne cours pas et ne pédale pas. Un sérieux entrainement de 3 mois et me voilà au départ de mon premier triathlon S ! J'en ai fait quelques uns mais je savais que ce sport ne serait pas le mien. J'ai continué à borner en route, le seul sport qui me plaisait vraiment. Puis naturellement, j'ai demandé un VTT à un de mes anniversaires. J'avais envie de tester. Résultat: un mois plus tard je m'alignais à un raid de 90 kms dans les Monts d'Arrés avec de la boue jusqu'au cou 🐽 Le VTT et le vélo de route me plaisent et j'aime varier les deux en fonction de mon humeur. Ça évite également la lassitude. Aujourd'hui, je pratique les deux en compétition à échelle régionale et sur de la longue distance dans les deux disciplines.

POURQUOI AVOIR CHOISI LE CYCLISME?

Après avoir arrêté le motocross, j'ai stoppé tout sport. Et puis j'ai réalisé à l'âge de 19 ans que ma vie ne me ressemblait

plus. Elle était terne, sans goût, sans piment (oui oui à cet âge ça peut arriver on dirait 😅). J'ai pris un virage à 180° aussi bien personnellement, professionnellement que sportivement. C'est à ce moment là que j'ai enfourché pour la première fois un vélo de route. Je me suis sentie tellement bien, libre et à ma place que j'ai délaissé baskets et combinaison pour rester des heures sur cette selle de vélo. Aujourd'hui, je ne regrette rien et je recommencerai tout pareil. Le cyclisme m'a permis de m'affirmer telle que je suis, d'assumer ma différence par rapport aux autres de mon âge et surtout les rencontres qu'on y fait sont juste magiques !

 

QUELLE EST LA MARQUE DE TON VÉLO?

En route je suis sur un Obea Orca M30 et un Canyon Exceed 8.0 en semi rigide.

QUELLES ONT ÉTÉ TES PLUS GROSSES APPRÉHENSIONS LORS DE TES DÉBUTS DE CYCLISTE? ET DIFFICULTÉS?

Peur de me confronter aux autres, peur de ne pas être assez entraînée et de me décourager.

ET AUJOURD'HUI ÇA DONNE QUOI?

Aujourd'hui je garde ces deux phrases en tête à chaque sortie ou courses : "Il faut toujours un premier et un dernier" "Ceux qui te jugent ne prendront jamais ta place car ce sont des peureux !"

Je roule pour moi, pour mon bien-être et ma satisfaction personnelle, et j'ai plein de choses à raconter après ! 😃 J'ai la chance d'avoir famille, amis et compagnon qui me poussent vers le haut en m'encouragent à tenter les courses ou sorties les plus folles.

 

QUEL EST TON VOLUME D'ENTRAINEMENTS À VÉLO? EST-CE QUE TU COMPLÈTES PAR D'AUTRES SPORTS?

En cette période je mixe VTT et vélo de route. Je peux très bien faire 3 sorties route entre 40 et 100kms et une sortie VTT de 30 kms en une semaine, ou l'inverse. Je n'aime pas me fixer des plans d'entrainement. Je fais en fonction de mon corps et de mon envie. Il en est de même pour le VTT et la route. Parfois je ne fais qu'un et pas l'autre. Je m'écoute avant toute chose et n'ai pas honte de raccourcir une sortie si je me sens trop fatiguée. A côté de ça je fais de la natation, j'y allais une fois par semaine avant le confinement et je marche beaucoup aussi.

ES-TU PLUTÔT HOME TRAINER OU PAS DU TOUT?

Pas du tout ! Autant du RPM en salle oui c'est super motivant. Mais dans mon salon, devant la télé, la motivation s'est envolée. Même pendant le confinement, je n'ai pas réussi à me faire à Zwift.

PEUX-TU NOUS RACONTER TES SOUVENIRS LES PLUS MARQUANTS D'UNE COURSE/ EVENEMENT OU STAGE (TRIATHLON OU CYCLISME)?

À chaque course, il y a des bons moments mais le plus marquant a été lors de ma première course à Cahors (56). Je participais à la coupe de Bretagne VTT chez les élites dames en mars 2019.

À chaque tour je voulais abandonner, à chaque difficulté je me disais : "Mais qu'est ce que tu fais là ? Pourquoi tu fais ça ?"

À chaque tour, les encouragements de mon père me reboostaient pour un petit moment mais ça ne durait pas. J'ai tout de même fini la course, dernière. Une catastrophe pour moi. Je ne voulais plus entendre parler de VTT ou de course et puis quand j'ai rejoins mon père à l'arrivée et que je lui ai demandé, hésitante : "Alors ?" Sa réponse a été une des plus marquantes "Je suis fier de toi, tu l'as fait, bravo". Toutes les difficultés, la souffrance et la déception s'étaient envolées, j'étais prête à reprendre un départ.

QU'EST-CE QUI T'A POUSSÉ À T'INSCRIRE ET QUAND ÉTAIT-CE?

J'ai eu ce déclic il y a peu, on va dire en milieu d'année 2018. J'allais voir des compétitions et j'admirais les hommes et surtout les femmes qui faisaient ce sport, ça me fascinait. J'ai décidé de m’entraîner pendant un hiver complet pour m’aligner au départ de la saison 2019. J'ai eu envie de tester comme je l'ai fait avec le triathlon. Au final

, je ne regrette pas du tout.

COMMENT TE SENTAIS-TU LA VEILLE DU DÉPART?

Stressée comme toujours ! J'avais reconnu le parcours et le faisais dans ma tête le soir dans mon lit, je redessinais les trajectoires. Je pensais à mon équipement, mon vélo, je repassais en boucle le moindre détail pour savoir si tout était là. Aujourd'hui c'est toujours pareil, les veilles de course sont stressantes et à la fois excitantes !

COMMENT T'ALIMENTES-TU LORS D'UN STAGE OU UNE COURSE?

C'est assez compliqué pour moi de m'alimenter avant la course. J'essaye de bien et beaucoup manger la veille en m'hydratant bien. Je m'alimente avec du riz au lait, des compotes, des kiwis. Je n'arrive pas à avaler d'aliments solides. Je prévois beaucoup d’aliments et je mange ce qui me fait envie et ce qui va passer.  En course je mange souvent des compotes ou des pâtes de fruit et en boisson grenadine à l'eau !

QUEL EST TON PROCHAIN OBJECTIF?

C'est vrai que la crise sanitaire a chamboulé les objectifs de tout sportif. Mon prochain objectif est l'ascension de cols dans les montagnes pyrénéennes, j'en rêve depuis longtemps. À la place de courses, je me lance des défis personnels qui resteront gravés.

ET TA MOTIVATION, CELLE QUI TE FAIT AVANCER LORSQUE TU N'AS PLUS RIEN DANS LES CUISSOTS?

"Ta douleur est temporaire, dans quelques heures ça sera fini et tu pourras te dire : oui je suis fière de l'avoir fait même si c'était dur".

QUEL EST TON PRINCIPAL TRAIT DE CARACTÈRE?

Obstinée. Quand j'ai quelque chose en tête, impossible de me l'enlever. Aussi bien en sport que dans la vie de tous les jours. On me dit que c'est impossible ? Très bien je vais aller vérifier ça par moi même et on verra si c'est si impossible que ça.

QUELS CONSEILS DONNERAIS-TU À UNE FILLE QUI DÉBUTE LE CYCLISME?

Ose ! C'est vrai que ça peut faire peur au début. Mais il y a beaucoup de bienveillance et de respect dans ce sport. N'oublie pas : On est tous et toutes passés par là à un moment donné.

COMMENT PEUT-ON SUIVRE TES AVENTURES SPORTIVES?

Directement sur mon Instagram où je partage mes aventures en post ou en story https://www.instagram.com/gwenola_gzrh/?hl=fr

UN PETIT MOT À RAJOUTER?

Toutes à vélo et surtout FAITES VOUS PLAISIR AVANT TOUT !

 

 

Merci beaucoup Gwénola!

"JE ROULE POUR MOI, POUR MON BIEN-ÊTRE ET MA SATISFACTION PERSONNELLE"

"JE SUIS FIER DE TOI, TU L'AS FAIT. BRAVO!"

  • Facebook Social Icône
  • Instagram social icone
  • Twitter icone

©2020 fièrement réalisé par Les Filles En Selle.

Chloé Wilhelem

5 Parc de la Bérengère 92210 Saint Cloud France